Mon cheminement

Une épopée hivernale

Décembre. Une boule au cœur.

Cette boule au cœur. Je la sens. Je la tâte. Depuis une semaine, je la sens prête à se rendre. Sur le point de se dévoiler, de s’épancher, avant de tirer sa révérence et de me laisser voguer sur de nouvelles eaux.

Pourtant, elle se fait capricieuse. Elle se laisse désirer. Une semaine que nous jouons à cache-cache. Ca a commencé samedi dernier chez Céline, ma psychothérapeute. Elle s’est montré pour me dire  « je suis bien là ». Je l’ai localisée. J’ai cessé de l’ignorer. Le week-end, elle a voulu un tête à tête, mais je n’avais pas le temps pour elle. Je lui ai posé un lapin. Elle était bien présente pourtant, au bord de la surface, prête à surgir. Mais j’ai choisi d’honorer mes engagements, et je l’ai remballée. Elle a pris la mouche et s’est tapie, bien au fond. Je l’ai cherchée après. Je l’ai priée de revenir. Mais elle a le chic de ne jamais se montrer au bon moment. Elle se pointe au travail, quand je suis en société ou avec des amis, et se fait timide quand je suis seule. Je ne peux quand-même pas l’exhiber en société. Je ne l’assume pas, c’est vrai. Et pourtant, je la prie de se montrer dès que je suis seule, sans témoin.

Janvier casanier.

03 semaines de congé. Un luxe. Par un chemin sinueux, j’en viens à annuler mes vacances tropicales et à me retirer dans ma tanière. Je lutte, je résiste, j’imagine des plans B, avant de comprendre que j’ai besoin de repos et d’inaction. Alors, en conscience, je lâche prise, je m’écoute et je me barricade. Je sais que je ne pourrais pas m’élever bien haut avec cette boule au cœur, alors j’attends que ma capricieuse veuille bien se pointer.

Avec l’aide du Reiki, elle finit par se montrer, forte, puissante. C’est que tapie dans mes tréfonds, elle a eu le temps de bien planter ses racines. Je serre les reins et l’autorise à remonter en surface. Je la prends à pleines mains, la positionne bien en face, et nous dialoguons.

Pour la désamorcer, je fais éclater l’orage. Mes robinets sont grands ouverts. Ma météo intérieure est pluvieuse. Je pleure quotidiennement. Je me lave. Je me soulage. Je m’allège. Et tandis que, par obligation, je mets un terme à mon hibernation, une pensée me vient : « février meurtrier ». La peur m’envahit.

Février meurtrier.

Je reprends le boulot. Le rythme extérieur me happe rapidement, me broie. La colère m’envahit très vite. Mon voyage intérieur me manque. J’essaie de trouver le bon dosage entre roc résistant et feuille volante, et œuvre à établir mon équilibre intérieur / extérieur. Pour m’aider, je développe des rituels. Café méditation le matin, et rédaction d’un journal intime le soir.

Des croyances tombent. Des schémas se désagrègent. Des peines s’envolent. Des blessures trouvent leur voie vers la cicatrisation. Certains chapitres se ferment en paix. La surface est toujours agitée, et, bien que moins diluvienne, la pluie est toujours au rendez-vous. Toutefois, la sérénité se propage et s’ancre dans mes profondeurs. Une nouvelle pensée s’impose à moi. Février – allié. L’allié qui me débarrasse de tout ce dont je n’ai plus besoin.

L’hiver pluvieux, mon préalable au printemps fleurie.

11 commentaires sur “Une épopée hivernale

  1. Merci pour ce partage d’états d’âme qui rappelle combien nous sommes sensibles à la nature (climat). J’aime beaucoup quand tu personnifie les choses et les ressentis. Au plaisir de te relire encore et encore…

    J'aime

    1. Tes mots me touchent. Merci! ET oui, nous n’échappons au cycle de la nature et au rythme des saisons. ET au lieu de résister, mieux vaut syrfer avec des fois et en profiter 🙂

      J'aime

  2. J’aime beaucoup, la fin très touchante!
    L’hiver est la saison du rein en médecine chinoise, tout pénètre en profondeur, fitrer, épurer, et régénèrer dans « le sommeil », retrouve force et vigueur pour renaitre au printemps!

    J'aime

  3. C’est tout toi, ça … ta douceur se ressent même sur les combats les plus durs … Toujours sage, fine et patiente, avec la force qui ramène un peu de printemps, même timide, …aux situations les plus hivernales…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s